• Nous avons découvert l'Ardèche fin août 2022. C'est un département magnifique, avec une énorme diversité de milieux et donc de paysages. Il est parsemé de villages nés au moyen-âge et que des générations d'habitants et de passionnés ont su conserver et restaurer.

    J'ai déjà publié des photos de ces vacances, aujourd'hui je vous invite à m'y suivre et à la découvrir en musique.

    Cliquer sur le titre de la vidéo pour l'agrandir.


    4 commentaires
  • Hier s'est produit un miracle : une journée ensoleillée ! Il y avait longtemps que ce n'était pas arrivé tellement les jours de pluie et les tempêtes se succèdent. Si bien que le marais de Donges n'a pas été aussi haut depuis longtemps, et que la route qui le traverse sera fermée si cela continue.

    J'ai donc profité de cette belle journée (heureusement la pluie est de retour) pour me rendre au port du Collet en espérant voir un hibou des marais. Et surprise ce sont 7 individus qui étaient sur site ! Il étaient pour la plupart très éloignés, mais il y en a eu deux qui se sont posés, rapidement, plus près. 

    Le site est connu et les photographes y sont nombreux, certains préfèrent l'affut à la billebaude. Et hier un hibou taquin s'est perché derrière celui-ci, à environ 3 mètres.

    Cliquer sur les photos pour les agrandir.

    A la recherche du hibou des marais.

    A la recherche du hibou des marais.

    A la recherche du hibou des marais.

    A la recherche du hibou des marais.

    A la recherche du hibou des marais.

    La plupart des individus étaient presque trop loin pour faire des photos correctes.

    A la recherche du hibou des marais.

    A la recherche du hibou des marais.

    A la recherche du hibou des marais.

    A la recherche du hibou des marais.

    Celui-ci est resté posé quelques secondes.

    A la recherche du hibou des marais.

    A la recherche du hibou des marais.

    Hormis les hiboux il y avait peu d'oiseaux sur le site.

    Quelques aigrettes garzette

    A la recherche du hibou des marais.

    A la recherche du hibou des marais.

    Une mouette rieuse et un chevalier gambette.

    A la recherche du hibou des marais.

    Contrairement à la Brière où ils ne font que passer pendant leur migration, les hiboux des marais se sont sédentarisé au port du Collet, et des habitués m'ont dit que ce sont plus de 10 hiboux qui utilisent ce dortoir à l'année.


    11 commentaires
  • J'ai déjà évoqué le Sillon de Talbert dans mes premières publications. Il est situé à Pleubian dans les Côtes d'Armor, il s'étend sur 3 kilomètres en mer, et il est constitué de sable et de galets. De ce fait les chaussures de rando sont nécessaires pour s'y promener, faute de quoi les chevilles sont mises à rude épreuve.

    C'est une réserve naturelle où l'on rencontre une plante typique du littoral, mais en danger du fait du piétinement, le chou marin. C'est également une zone de nidification, protégée par des ganivelles, pour les gravelots et les sternes.

    Pour regarder la vidéo en grand cliquez sur son titre, et n'oubliez pas de mettre le son.

     


    6 commentaires
  • Bien que ce soit le tournoi des VI nations en ce moment, le titre de la publication n'a rien à voir avec le rugby.

    J'en profite pour signaler qu'il devient très compliqué de mettre des commentaires sur les blogs qui soumettent la validation de ces commentaires à un dispositif qui détermine si nous sommes humains. J'ai beau cliquer sur les images d'escaliers, de bus, ou de bornes incendie, ça dure un temps infini, et je suis obligé de renoncer à commenter. C'est dommage.

    Depuis plus d'une semaine nous avons une météo déplorable et c'est compliqué pour faire de la photographie. Je dispose depuis peu de la dernière version de Lightroom, et pour m'occuper j'ai décidé de faire quelques essais sur des techniques de retouche plus créatives.

    Cliquer sur les photos pour les agrandir.

    High Key

    Une photo High-Key est une photo ou les tons clairs dominent, les ombres sont très limitées de même que les tons noirs et gris. Ce sont donc les tons clairs qui dominent la scène photographiée, que ce soit le sujet, ou le fond.

    Goélands argentés.

    Essais.

    Essais.

    Essais.

     

    Essais.

    Essais.

     

    Sternes caugek

    Essais.

     

    Les chevaux

    Essais.

    Essais.

    Essais.

     

    TYSON

    Essais.

     

    Low-Key

    Contrairement aux photos high-Key, les photos Low-Key comportent majoritairement des tons foncés, les ombres et les noirs sont alors déterminants. En ce qui me concerne je trouve cela plus compliqué à réaliser, le dosage des noirs étant complexe.

    FLOKY

    Essais.

     

    Cigogne en Brière.

    Essais.

    Bien évidemment vos remarques seront les bienvenues.

     

     

     

     

     


    13 commentaires
  • Vendredi dernier en Brière j'ai pu observer 2 cigognes en pleine partie de pêche. Au bout d'un moment je me suis aperçu que l'objet de leur convoitise c'était les écrevisses. En Brière ces satanés crustacés de Louisiane ont éradiqué les grenouilles en quelques années, ça été un véritable désastre. Ça fait donc très plaisir de voir ces grands oiseaux en consommer, même si actuellement la pêche n'est visiblement pas très fructueuse.

    Cliquer sur les photos pour les agrandir.

    La pêche aux écrevisses.

    La pêche aux écrevisses.

    La pêche aux écrevisses.

    La pêche aux écrevisses.

    D'autres oiseaux étaient à la pêche:

    La grande aigrette

    La pêche aux écrevisses.

    La pêche aux écrevisses.

    L'aigrette garzette

    La pêche aux écrevisses.

    Le héron cendré

    La pêche aux écrevisses.

    Et toute une bande de mouettes rieuses.

    La pêche aux écrevisses.

    Et au retour comment ne pas m'arrêter voir l'arbre aux cormorans ?

    La pêche aux écrevisses.

    La pêche aux écrevisses.

    La pêche aux écrevisses.

    La pêche aux écrevisses.

     Les cigognes en action.

    Cliquer sur le titre de la vidéo pour l'agrandir, et mettre le son ( à la fin on entend un autre couple qui se faisait la cour).


    18 commentaires
  • Nous sommes en théorie en plein hiver, et pourtant ça commence à fleurir de partout, chez les oiseaux les parades nuptiales vont bon train, et on se promène avec des tenues légères. Espérons qu'il n'y aura pas de grosses gelées tardives, ce serait une catastrophe.

    Hier je suis allé découvrir un nouveau site sur les bords de Loire, à Cordemais, un étang aménagé pour l'observation des oiseaux. Je m'y suis présenté au mauvais moment, la marée étant basse ils devaient tous être sur les vasières à chercher leur pitance. Ne restaient plus que les col-vert qui draguaient.

    Jonquilles, pâquerettes, pissenlits et fausses renoncules sont en fleur avec 1 mois d'avance.

    Comme un air de printemps.

    Comme un air de printemps.

    Comme un air de printemps.

    Comme un air de printemps.

    Même l'épine noire est de sortie.

    Comme un air de printemps.

    Comme un air de printemps.

    Comme un air de printemps.

    Un observatoire bien aménagé, mais pas d'oiseaux.

    Comme un air de printemps.

    Sauf les canards : Madame et sa cour

    Comme un air de printemps.

    Madame parade

    Comme un air de printemps.

    Ses prétendants n'en peuvent plus et ne la lâchent pas

    Comme un air de printemps.

    Comme un air de printemps.

    Comme un air de printemps.

     En voici une qui a trouvé son partenaire

    Comme un air de printemps.

     

    Deux intrus arrivent à leur tour.

    Comme un air de printemps.

    Comme un air de printemps.

     

    Il ne me reste plus qu'à y retourner tôt un matin pour voir si les lieux sont plus fréquentés.


    6 commentaires
  • Hier le vent était au sud, j'ai immédiatement pensé que ça devait brasser à la pointe Saint-Gildas. Je vais souvent là-bas non seulement  parce que j'apprécie beaucoup cet endroit, mais également parce que si le vent est de sud / sud-ouest le spectacle est toujours au rendez-vous, et hier il l'était.

    Entre les Tournepierres et les vagues j'en ai pris plein les yeux. Les limicoles étaient en pleine frénésie alimentaire, dure journée pour les poux de mer et autres petits crustacés.

    Cliquer sur les photos pour les agrandir.

    Vent de sud à la pointe Saint-Gildas.

     

    Vent de sud à la pointe Saint-Gildas.

    Vent de sud à la pointe Saint-Gildas.

    Vent de sud à la pointe Saint-Gildas.

    Vent de sud à la pointe Saint-Gildas.

    Vent de sud à la pointe Saint-Gildas.

    Vent de sud à la pointe Saint-Gildas.

    Vent de sud à la pointe Saint-Gildas.

    Vent de sud à la pointe Saint-Gildas.

    Allez, on regarde tout ça en musique.

    Cliquer sur le titre de la vidéo pour l'agrandir.


    11 commentaires
  • Trois autres sites que j'ai beaucoup aimé.

    Camaret-sur-Mer

    Situé sur la pointe de Crozon, dans le Finistère, le port de Camaret-sur-Mer abrite une jolie collection de vénérables navires de pêche en fin de vie. 

    8 épaves sont sur site et la plus ancienne gît là depuis 1962

    Là où finissent les bateaux: Camaret-sur-mer, Le Magouër, Pont-Aven.

    Là où finissent les bateaux: Camaret-sur-mer, Le Magouër, Pont-Aven.

    Là où finissent les bateaux: Camaret-sur-mer, Le Magouër, Pont-Aven.

    Là où finissent les bateaux: Camaret-sur-mer, Le Magouër, Pont-Aven.

    Là où finissent les bateaux: Camaret-sur-mer, Le Magouër, Pont-Aven.

    Là où finissent les bateaux: Camaret-sur-mer, Le Magouër, Pont-Aven.

    Là où finissent les bateaux: Camaret-sur-mer, Le Magouër, Pont-Aven.

    Là où finissent les bateaux: Camaret-sur-mer, Le Magouër, Pont-Aven.

    Là où finissent les bateaux: Camaret-sur-mer, Le Magouër, Pont-Aven.

    Le Magouër, à Plouhinec dans le Morbihan.

    Ce cimetière de bateaux est situé à côté du petit village de pêcheurs du Magouër sur la rivière d’Etel, en face des quais de la ville d’Etel (Morbihan). En octobre 2006, la commune a voulu le nettoyer, mais une association s’est créée, et une quinzaine de personnes se sont regroupées devant les vieux navires quand les bulldozers sont arrivés, et ils ont dû faire demi-tour. Aujourd’hui, le site semble sauvé. Ce sont principalement de vieux thoniers. Mes photos datent de 2016, et depuis, malheureusement, des hurluberlus sans doutes désœuvrés n'ont rien trouvé de mieux à faire que de les recouvrir de tags.

    Là où finissent les bateaux: Camaret-sur-mer, Le Magouër, Pont-Aven.

    Là où finissent les bateaux: Camaret-sur-mer, Le Magouër, Pont-Aven.

    Là où finissent les bateaux: Camaret-sur-mer, Le Magouër, Pont-Aven.

    Là où finissent les bateaux: Camaret-sur-mer, Le Magouër, Pont-Aven.

    Là où finissent les bateaux: Camaret-sur-mer, Le Magouër, Pont-Aven.

    Là où finissent les bateaux: Camaret-sur-mer, Le Magouër, Pont-Aven.

    Pont-Aven

    Dans le Finistère face à Pont-Aven, le long de la rivière Aven, quelques épaves gisent et finissent de s'incorporer lentement à la vase. Elles doivent être très anciennes et je n'ai trouvé aucune référence quant à leur origine.

    Là où finissent les bateaux: Camaret-sur-mer, Le Magouër, Pont-Aven.

    Là où finissent les bateaux: Camaret-sur-mer, Le Magouër, Pont-Aven.

    Là où finissent les bateaux: Camaret-sur-mer, Le Magouër, Pont-Aven.

    Là où finissent les bateaux: Camaret-sur-mer, Le Magouër, Pont-Aven.


    7 commentaires
  • Ce matin j'ai reçu le télé-convertisseur 1.4 pour mon objectif 100-400. Comme il y avait quelques rayons de soleil je suis parti directement en Brière pour un premier essai.

    Surprise, en arrivant sur place j'ai vu qu'elles sont de retour sur les nids. Eh oui, les cigognes commencent à draguer, et elles craquettent de bon cœur, tête en arrière pour se séduire. Peu après les premières sont descendues dans le marais pour se nourrir. Quel bonheur de pouvoir les observer, et surtout de les photographier avec du matériel à peu près adapté.

    Cliquer sur les images pour les agrandir.

    Ça fait du bien.

    Ça fait du bien.

    Ça fait du bien.

    Ça fait du bien.

    Ça fait du bien.

    Ça fait du bien.

    Ça fait du bien.

    Ça fait du bien.

    Les galeries des ragondins sont toujours inondées, alors ils se regroupent, collés les uns aux autres, pour se réchauffer.

    Ça fait du bien.

    Ça fait du bien.

    Ah, en voici un qui fait cavalier seul.

    Ça fait du bien.

    Une aigrette dépose une note de blanc sur les eaux bleues et l'herbe verte.

    Ça fait du bien.

    Un couple de Colverts est également de sortie.

    Ça fait du bien.

    Et arrive le bouquet final de cette sortie, un groupe de mouettes rieuses qui viennent picorer leur goûter à la surface de l'eau. 

    Ça fait du bien.

    Ça fait du bien.

    Ça fait du bien.

    Ça fait du bien.

    Même si j'aime la photo de paysages, la proxy ou la macro, ce qui me fait le plus de bien  c'est de pouvoir photographier les oiseaux pour partager leur liberté avec vous. Alors c'est avec beaucoup de plaisir que je vous offre cette série.

     


    12 commentaires
  • Une des particularités de la Bretagne, c'est de posséder sur son littoral plusieurs cimetières de bateaux. Ces lieux ou reposent de vieilles coques en bois sont typiques, certains les trouvent tristes, d'autres pas. En ce qui me concerne je trouve ces endroits paisibles et très photogéniques. 

    Aujourd'hui je vous propose de découvrir le cimetière du Bono.

    Le Bono est une petite cité du Morbihan, située sur les rives d'une rivière côtière du même nom. Dans un de ses méandres, plusieurs coques en bois, de bateaux d'un autre temps, reposent paisiblement sur une vasière. Les premières embarcations datent d'avant la première guerre mondiale. Le temps ayant fait son œuvre certaines ne sont plus que des squelettes, d'autres ont encore leurs formes, mais photographiquement elles sont toutes intéressantes. 

    Comme vous le constaterez, certaines photos ont fait l'objet d'un traitement qui, je trouve, convient particulièrement à ce genre d'endroit.

    Cliquer sur les photos pour les agrandir.

    Là où finissent les bateaux : cimetière du Bono.

    Là où finissent les bateaux : cimetière du Bono.

    Là où finissent les bateaux : cimetière du Bono.

    Là où finissent les bateaux : cimetière du Bono.

    Là où finissent les bateaux : cimetière du Bono.

    Là où finissent les bateaux : cimetière du Bono.

    Là où finissent les bateaux : cimetière du Bono.

    Là où finissent les bateaux : cimetière du Bono.

    Là où finissent les bateaux : cimetière du Bono.

    Là où finissent les bateaux : cimetière du Bono.

    Là où finissent les bateaux : cimetière du Bono.

    Là où finissent les bateaux : cimetière du Bono.

    Là où finissent les bateaux : cimetière du Bono.

     Non loin du Bono, à Plougoumelen, un autre épave gît, isolée, sur le bord de la rivière. 

    Là où finissent les bateaux : cimetière du Bono.

    Là où finissent les bateaux : cimetière du Bono.

    A suivre : le Magouër, Camaret, Pont-Aven.


    12 commentaires
  • Prendre le temps de les regarder c'est tellement apaisant, essayer de comprendre leurs relations sociales c'est tellement intéressant. J'aime les vaches et je trouve qu'elles reçoivent bien peu en échangent de tout ce qu'elles nous donnent.

    Hommage à ces sympathiques ruminants qui à la campagne font partie du décor, et sans qui la campagne ne serait pas ce qu'elle est.

    Mettre le son, et cliquer sur le titre de la vidéo pour agrandir.

     


    6 commentaires
  • Le port du Collet, aux Moutiers-en-Retz (44) marque la frontière entre la Loire-Atlantique et la Vendée. Avec 2 autres passionnés de photographie nous y avons fait un saut mardi dernier pour voir le hibou des marais. Plusieurs individus évoluent dans le secteur, mais un seul était visible, somnolent au soleil, mais il était vraiment loin. Nous nous sommes donc promenés dans le secteur, à la recherche d'autres sujets à photographier.

    A notre arrivée la brume s'étend sur la campagne et sur le marais.

    A la frontière.

    A la frontière.

    Le sujet du jour, un magnifique rapace, le Hibou des marais.

    C'est un Hibou qui évoluent de jour comme de nuit, à la recherche de petits mammifères et de petits oiseaux. C'est à l'origine un migrateur, mais il se sédentarise dans certains endroits, comme auprès du port du Collet. Il apprécie les grands espaces sauvages, les marais et les marais salants, ainsi que les estuaires. Sont plumage lui assure un camouflage  exceptionnel.

    A la frontière.Faute de Hiboux nous nous rabattons sur d'autres oiseaux, et les paysages.

    Un Héron nous surveille du coin de l'œil

    A la frontière.

    Une Aigrette garzette fait de même.

    A la frontière.

    Un couple de Cygnes évolue paisiblement en compagnie de Mouettes rieuses, de Tadornes de Belon, et de Foulques macroule. 

    A la frontière.

    A la frontière.

    Le marais a été transformé par les hommes en une immense zone de culture, remembrée, où ne survivent que quelques arbres, et où des pêcheries bordent les canaux. A l'heure ou nos agriculteurs revendiquent la suppression de la jachère je me demande si cela est raisonnable. Je suis de ceux qui pensent que bien au contraire il est absolument nécessaire de l'agrandir pour que plantes et insectes s'y développent, assurant ainsi la subsistance des oiseaux.

    A la frontière.

    A la frontière.

    N'étant pas très loin nous décidons de nous rendre au passage du Gois, une chaussée inondable, qui avant la construction du pont permettait de rejoindre l'ile de Noirmoutier à partir du continent.

    A la frontière.

    A la frontière.

    Cette zone est également une zone ostréicole ou l'élevage des huitres est présent de longue date.

    A la frontière.

    Pour avoir plus de chances de voir les hiboux il ne me reste plus qu'à retourner là-bas, mais je le ferais en fin de journée, les rapaces étant plus actifs à ce moment-là.

     


    13 commentaires
  • Hier en soirée je me suis rendu en Brière, à Trignac, en espérant voir quelques oiseaux à qui tirer le portrait. Hélas, ça tirait effectivement, mais du plomb et pas des photos. Les furieux étaient là , traquant le moindre canard dans leurs embarcations. Il ne restait que quelques cygnes au loin, insensibles à tout ce remue-ménage. Et dire qu'il y a encore un mois à limiter les promenades dans le marais de peur de recevoir des plombs !

    Faute de volatiles à immortaliser, j'ai profité d'une lumière sympa, jusqu'à l'heure bleue, pour faire quelques variations sur une passerelle et les clôtures.

    Entourée d'eau la passerelle ne sert à rien à cette époque, elle permettra de nouveau d'enjamber un canal dès que le niveau baissera.

    Une soirée en Brière.

    Le moindre rayon de soleil change toute l'ambiance.

    Une soirée en Brière.

    Au fond à gauche, l'embarcation de pseudos "premiers écolos de France" autoproclamés.

    Une soirée en Brière.

    Une soirée en Brière.

    Un tronc de "morta" est remonté à la surface.

    Le morta noir est le bois de chênes fossilisés. Sous la Brière repose en effet une forêt de chênes submergés il y a environ 5000 ans. Plus rare le morta rouge est le vestige de bouleaux engloutis il y a "seulement" 3500 ans. Il arrive que les troncs remontent à la surface de manière naturelle, mais ils sont plus fréquemment retrouvés lors du curage des canaux. Le morta est une matière très dure, et est utilisé par quelques artisans pour produire des stylos, des manches de couteaux , des pipes, ou des sculptures.

    Une soirée en Brière.

    Je n'ai jamais compris pourquoi en mer, et en eau douce, certains laissent leur barque pourrir plutôt que de la donner à quelqu'un n'ayant pas les moyens d'en acheter une.

    Une soirée en Brière.

    En retournant à la voiture j'ai trouvé les lignes tracées par les clôtures très intéressantes.

    Une soirée en Brière.

    Une soirée en Brière.

    Une soirée en Brière.

    Une soirée en Brière.

    Deux chevaux, en mal de toilettage, broutaient paisiblement.

    Une soirée en Brière.

    Une soirée en Brière.

    J'ai juste aperçu un couple de Tariers pâtres, que je n'ai pas eu le temps de photographier. J'ai juste noté de monsieur commençait à avoir son plumage nuptial, ce qui est étonnant à cette époque.

    Je vais commencer à fréquenter ces lieux plus assidument, en espérant avoir la chance de rencontrer le maître les lieux en début et en fin de journée : le Hibou des marais.

     


    12 commentaires
  • Je vous ai déjà montré des photos des vacances 2023 dans le Cantal. Je vous propose aujourd'hui de me suivre un peu plus longtemps, en musique, sur le plateau du Cézallier. C'est un endroit magique, loin des contraintes de la vie actuelle, un endroit où on se sent vivant en ayant le sentiment d'appartenir à quelque chose de plus grand que la société des hommes.

    Cliquer sur le titre "Le Cézallier" pour agrandir la vidéo.


    14 commentaires
  • Hier j'ai reçu mon nouvel objectif, le Fujifilm 100-400. Malgré une météo maussade je suis allé l'essayer cet après-midi et je suis assez satisfait du résultat.

    Je suis en attente d'un télé-convertisseur 1.4, ce qui me permettra de bénéficier d'un objectif équivalant à un 200-850 (en plein format), de quoi passer du bon temps en pleine nature.

    Cliquer sur les photos pour les agrandir.

     Grand cormoran.

    Premier essai.

     

    Mouette rieuse.

    Premier essai.

    Premier essai.

    Premier essai.

     

    Aigrette garzette.

    Premier essai.

     

    Ragondin.

    Premier essai.

     

    Les galeries des ragondins sont inondées, ils se regroupent donc sur les langues de terre émergées ou ils trouvent de quoi se nourrir.

    Premier essai.


    14 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires